Le rôle des dialogues dans le récit

Les dialogues sont des enrichissements dont dispose l’écrivain pour écrire et agrémenter le schéma narratif de son récit ; au même titre que les descriptions, les réflexions, les portraits…

Le rôle des dialogues est multiples et agit donc sur différents points.

Donner des informations

Les dialogues permettent de donner un certains nombres d’informations de la bouche des personnages. Ce sont des ajustements ou explications qui servent le texte.

Ce peut être une précision concernant :

  • les lieux
  • des faits ou des évènements
  • les personnages eux-même

Humaniser les personnages

En leur donnant la parole, l’auteur les inscrit comme des personnes à part entière qui ont des interactions entre elles.

En outre, un dialogue permet de faire passer de nombreuses émotions parfois difficile à transmettre dans le corps du texte avec un vocabulaire descriptif. Ici les sentiments sont exacerbées par les échanges verbaux.

Les personnages développent une manière de parler, un vocabulaire, un ton qui lui sont propre ; comme pour une vraie personne. Si le travail effectué en amont sur votre personnage est suffisamment fouillé et précis, chaque personnage doit pouvoir être reconnu en fonction de la teneur de ses répliques, sans qu’il ne soit explicitement nommé.

Dynamiser le récit

Le dialogue est une coupure dynamique dans la narration. En fonction de sa forme, il n’apporte pas les mêmes informations.

Un dialogue composés de phrases courtes va rythmer et dynamiser le texte. A l’inverse, un monologue va ralentir le rythme. L’un et l’autre ont leur utilité en fonction du message que l’auteur souhaite faire passer.

L’intérêt des dialogues

Insérer un dialogue à un moment précis de la narration n’est pas anodin. Il est toujours utiliser pour apporter une autre dimension au texte.

Introduite par la bouche des personnages, l’information donnée est perçue d’une manière plus vivante.

Le dialogue en lui même a l’avantage d’amener certaines interactions entre les protagonistes :

  • opposer des opinions sous forme d’échanges avec les argumentations de chacun : cela permet d’ouvrir le lecteur à plusieurs points de vues. Et cette manœuvre peut parfois l’inciter à se poser des questions auxquelles il n’avait pas pensé…
  • permettre aux personnages de préciser leurs pensées : ils s’ouvrent au lecteur de sentiments qu’ils éprouvent ou d’évènements qu’ils vivent.
  • apprendre un fait jusque-là dissimulé ou tu au cours de la narration : un personnage dévoile une information qu’il est le seul à détenir.

Les 10 règles pour écrire des dialogues

Apprendre à maitriser certaines règles permet d’écrire des dialogues efficaces. Pour ma part, je suis les 10 règles suivantes qui me paraissent incontournables et que chaque écrivain débutant devrait connaitre et appliquer. Elles représentent un guide qui, à mon avis, simplifie grandement la tâche, pas si simple, d’écrire de bons dialogues ; par “bons” j’entends : percutants, cohérents et fluides.

Le classement est aléatoire et ne justifie en rien que l’une soit plus importante qu’une autre. Elles le sont toutes, d’égale valeur.

1/ Avoir un intérêt

Écrire un dialogue juste pour écrire un dialogue n’a aucun sens et surtout aucune utilité pour votre récit. Et comme nous l’avons déjà vu : chaque choix de mot doit être justifié pour la qualité de vos écrits. Le superflu est banni car il appauvrit votre style et le rend plus lourd et indigeste à la lecture.

Les lecteurs de cet article ont également consulté “5 choix de mots qui appauvrissent votre écriture”.

Le dialogue doit toujours servir votre texte sinon il n’a pas de raison d’être. Il doit absolument apporter quelque chose.

2/ Être de longueurs différentes

Comme nous l’avons évoqué plus haut dans cet article, de la longueur des répliques dépend le rythme du dialogue et donc le ton que vous souhaitez donner à cette partie du récit.

Il est judicieux d’adapter la longueur au message. Mais il est tout aussi important de varier la longueur des répliques dans un même dialogue afin de rompre un rythme qui pourrait devenir monotone.

Longueurs des répliques et longueurs des dialogues sont à adaptées aux objectifs.

3/ Utiliser la ponctuation adéquate

La ponctuation revêt un rôle primordial dans l’écriture d’un dialogue. Celle-ci doit être d’une précision chirurgicale afin de faire passer le bon message, la bonne intonation, la bonne émotion.

C’est de la ponctuation que découle la compréhension. Et cela se révèle d’autant plus véridique dans le corps d’un dialogue.

Vous connaissez tous le célèbre et effrayant “Il est l’heure de manger les enfants !” (réplique de l’ogre) qui retrouve tout son sens avec la ponctuation appropriée : “Il est l’heure de manger, les enfants !” (réplique de la maman).

Écrire un dialogue ne doit laisser aucune ambigüité.

De plus, une ponctuation adaptée permet d’alléger votre dialogue en supprimant les incises de type “interrogea-t-il”, inutiles après un point d’interrogation.

Comme dans une vraie conversation, n’hésitez pas à faire en sorte que les personnages se coupent la parole. Et utilisez alors les “…” qui s’imposent.

4/ Ne pas écrire l’évidence

La dernière remarque de la règle n°3 nous amène à un point crucial : ne pas écrire l’évidence, cela fait partie du superflu qui ne sert pas votre style.

Le lecteur est intelligent [il ne faut pas en douter puisqu’il a déjà choisi votre livre parmi tous ceux disponibles ;-)] alors ne faites pas affront à cette intelligence… Ne redonner pas des informations déjà fournies. Sinon vous risquez d’alourdir sa lecture et ce dialogue en particulier. Or le dialogue se doit d’être fluide.

5/ User des silences

Les silences sont très importants dans un dialogue et peuvent en dire beaucoup plus qu’il n’y parait.

Un silence bien placé donne une foule d’indication au lecteur. Il caractérise et renforce la puissance d’une révélation ou d’une émotion.

Je vous encourage à les utiliser lorsque cela s’avère judicieux… mais c’est comme tout effet un peu particulier, n’en abusez pas non plus, sinon cela s’avère contre productif.

écrire des silences dans les dialogues
La place des silences dans un dialogue

6/ Alterner dialogues et descriptions

De courtes descriptions associées aux répliques d’un dialogue s’avère être une excellente composition narratrice.

Le dialogue est soutenu, précisé et enrichi de brèves descriptions qui viennent donner davantage de poids aux mots prononcés par les personnages.

Il s’agit d’une sorte de dialogue en discontinu qui allie dialogues, descriptions, réflexions. Cette technique permet d’éviter les longs échanges fastidieux qui peuvent “perdre” le lecteur.

7/ Intégrer le langage corporel

Les incises du dialogue faisant référence au langage corporel qui accompagne les paroles représentent un enrichissement supplémentaire, visant, entre autre, à humaniser encore davantage les personnages.

Ce procédé est intéressant afin de se rapprocher encore plus d’un dialogue qui aurait lieu dans la “vraie vie”. Le dialogue doit toujours répondre à des exigences de cohérence.

L’évocation de réactions physiques donne de nouvelles indications importantes pour comprendre l’état d’esprit du personnage.

8/ Adopter un ton pour chaque personnage

Le dialogue doit refléter le caractère, le ton, le vocabulaire d’un personnage. Cependant faites attention aux exagérations ou clichés qui dépeignent un manque de maitrise des règles du dialogue associé à un flagrant manque d’imagination de la part de l’auteur.

Chaque réplique doit pouvoir être attribuée à son personnage sans indication supplémentaire. Attention toutefois de ne pas tomber dans la caricature d’un personnage.

9/ Ne pas expliquer les émotions

Les émotions se ressentent et ne s’expliquent pas. Un dialogue de qualité laisse transparaitre l’émotion à travers les paroles des personnages, la ponctuation, le ton…

Ce serait une erreur d’apporter des explications là où le lecteur doit deviner, ressentir et s’approprier l’émotion. En l’expliquant vous brisez le fil tenu qui se crée entre le lecteur et le personnage. Ressentir pour s’identifier au personnage, pour entrer dans l’action, voilà l’objectif d’un dialogue efficace : entrainer et happer le lecteur.

10/ Parfaire chaque réplique

Chaque réplique doit être parfaitement et minutieusement écrite dans un but précis. Sa construction nécessite un réel travail de réflexion afin de parvenir au résultat escompté.

Travaillez vos répliques comme un orfèvre qui doit ciseler son travail avec dextérité.

Cependant, cela ne signifie pas que chaque réplique doit être percutantes et exceptionnelles… Car dans ce cas, le dialogue pourrait perdre en naturel et c’est précisément l’inverse qui est recherché.

Conseils pour écrire des dialogues de qualité

Écrire des dialogues efficaces, cohérents et d’une justesse irréprochable ne sera plus un problème après l’intégration des 10 règles précédemment évoquées.

Or j’ai toutefois envie de vous donner trois conseils assez simples pour parfaire vos dialogues :

  • faire un premier jet sans s’interrompre : cela vous permet de jouer sur la fluidité de votre dialogue. Dans un second temps, vous travaillerez davantage la qualité et vous appliquerez les règles précédentes que vous n’auriez pas prises en compte dans le feu de l’action. Il m’arrive aussi de jouer la scène sans l’écrire et de m’enregistrer [car je parle plus vite que je n’écris ;-)].
  • lire à haute voix vos dialogues afin d’entendre s’ils sonnent “vrai”.
  • s’inspirer des grands auteurs qui usent abondamment du dialogue : étudiez la manière dont il échafaudent leurs dialogues et prenez exemple. Attention, pas de plagia ou de récupération de certains “morceaux” de leurs dialogues ! Étudiez les tournures, les effets, les incises… pour vous les approprier dans la forme.

Vous êtes maintenant prêt à écrire des dialogues de qualité qui servent votre récit et qui enrichissent votre narration.

Écrire de bons dialogues s’apprend et se travaille. Le talent, c’est avant tout du labeur et de la persévérance.

En vous reportant aux 10 règles énoncées ci-dessus, améliorez un dialogue écrit d’un seul jet afin de le rendre meilleur. Vous pouvez reprendre un de vos anciens dialogues qui vous semble manquer des qualité essentielles et nécessaires.

Partager l'article
  •  
    7
    Partages
  •  
  • 7
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *